Articles

Il semblerait que ces derniers temps, la taille idéale des balises « title » ai été modifiée deux fois par l’algorithme Google. Jusqu’alors, la taille idéale était de 55 caractères en version desktop. Faisons le tour des récentes modifications et des impacts que cela entraîne dans la rédaction de ses balises Title.

Taille des balises Title : quels changements ont été observés ?

Les spécialistes ont repéré des changements dans la taille idéale de la balise Title à deux reprises, autour des 11 et 27 Septembre : celle-ci aurait été progressivement augmentée.

Depuis la fin du mois de Septembre, la taille idéale de la balise Title serait de 75 caractères en version desktop, ce qui représente une haute évolution (+36% !) et laisse donc davantage de place pour y inclure mots-clés et informations. Elle serait même passée à 80 caractères aux Etats-Unis.

Cependant, ce nombre de caractère semble rester identique en version mobile (une cinquantaine de caractères). Le nombre de caractères de la méta description semble inchangé également (165 caractères).

Quels impacts en SEO ?

Il est tout d’abord conseillé de vérifier sur le long terme cette mise à jour de l’algorithme avant de pouvoir modifier ses différentes balises Title.

Dans le cas où cette mise à jour serait validée, le nombre de caractères à optimiser reste variable dans la mesure où l’affichage de la balise Title dépend de la largeur des caractères. Il est donc conseillé de placer ses informations importantes en début de titre afin d’optimiser sa visibilité. De même, pour un titre de plus de 50 caractères, la fin du titre sera masquée sur la version mobile.

Rappelons toutefois que si Google n’affiche pas la balise en entier dans ses résultats de recherche, le contenu qui y est présent est lui pris en compte par le moteur de recherche, et donc peut servir bénéfiquement au référencement du site.

Sources : Le Ptit Digital, Abondance, BDM

evolution google

En 2018, Google fête ses 20 ans. Pour l’occasion, l’entreprise a annoncé plusieurs modifications qui vont influencer le moteur de recherche dans les années à venir, et donc, le travail à effectuer dans toute stratégie de référencement naturel.

La carte d’activité

La première initiative de Google est de prendre en compte, comme c’est déjà le cas pour certaines recherches, les recherches déjà effectuées pour influencer les résultats proposés aux internautes. Google proposerait alors des « cartes d’activité », rappelant ainsi les liens et résultats déjà obtenus. Le contenu à garder pourra alors être ajouté à des « collections », sur le même principe que des favoris. Le moteur de recherche pourra alors proposer des résultats supplémentaires pouvant intéresser l’internaute sur la base de ces collections.

Des onglets différents en fonction du type de requête

Google développera également une « organisation dynamique » de ses résultats, en utilisant les « featured snippets », pour fournir à l’internaute des résultats à travers des onglets différents en fonction de la requête. Par exemple, pour une requête « carlin », le moteur proposera un onglet « vidéos », un onglet « noms des carlins les plus connus », un onglet « acheter »…

De même, le Knowledge Graph de Google devrait inclure une nouvelle fonctionnalité « Topic Layer », ayant pour but d’approfondir des thématiques particulières.

Une évolution de Google Actualités et Google Images

Google Actualités devrait devenir « Discover » et proposer du contenu sans avoir besoin de formuler de requête. Il s’agirai d’actualités suggérées en fonction des dernières requêtes et centres d’intérêts de l’internaute. Cette fonctionnalité devrait être disponible uniquement sur mobile, aux Etats-Unis dans un premier temps.

Enfin, Google Image devrait devenir « Google Lens » et permettre d’effectuer des recherches grâce à l’appareil photo de son téléphone…

Source : Abondance.

scroll mobile

On a pu remarquer depuis quelques jours un nouveau test d’affichage de résultats Google sur mobile. Dorénavant, on ne voit plus de « page 1 », « page 2 », du moins sur mobile, mais un bouton « Plus de résultats » permettant d’afficher plus de 10 résultats les uns en dessous des autres : le scroll infini, une expérience plus fluide et plus agréable pour l’internaute. Mais concernant le SEO et SEA, qu’est-ce que cela change réellement ?

Le nouveau test Google sur mobile

Confirmée par Danny Sullivan sur Twitter, ancien journaliste travaillant maintenant chez Google, et remarquée par plusieurs internautes, cette nouveauté est bien un test effectué par Google. Le trafic web se faisant de plus en plus sur mobile, Google multiplie les tests. On se souvient notamment du test « Instant Search », qui permettait de commencer à afficher des résultats pendant que l’internaute tapait encore sa requête.

A noter également que cette fonctionnalité n’est pas encore déployée sur tous les appareils. Il semblerait que celle-ci ne soit disponible que sur Chrome et non sur Safari. Danny Sullivan a également confirmé sur Twitter que cet essai était uniquement fait sur mobile et non sur desktop.

A quels impacts principaux faut-il s’attendre ?

Quel impact principal ? Il n’y a plus qu’une seule page de résultats sur mobile, puisque le bouton « Plus de résultats » se retrouve tous les dix résultats, ce qui est donc plus agréable pour l’internaute… Il semblerait également, selon le site abondance.com, que les Adwords ne s’affichent qu’en bas de page, donnant davantage de poids aux premiers résultats naturels. Cela signifie donc que le nombre d’impressions des annonces Adwords serait diminué.

Google ayant déjà tenté cette expérience plusieurs fois (en 2011 et en 2015), on peut donc se demander si cette nouveauté va perdurer sur le long terme. Il semblerait que cela dépende principalement de l’activité des internautes quant aux annonces Adwords. A suivre…

Source : Abondance

seo 2018

Ce 20 Février dernier, John Mueller a répondu aux dernières questions des référenceurs sur Google Webmaster Central office-hours Hangouts. Iziweb Crea fait le point sur les 5 annonces SEO à retenir.

5 annonces SEO à retenir

  • Les données structurées

Pour rappel, les données structurées sont des balises que l’on trouve dans le code d’une page web, servant à décrire un élément. Par exemple, pour une recette, les données structurées peuvent renseigner les ingrédients ou le temps de cuisson. Pour un film, cela permettra de renseigner la durée, le réalisateur… Ces balises permettent de bénéficier de « rich snippets » (éléments supplémentaires comme par exemple les avis, les prix…), visibles directement sur Google. Comme il est d’usage de le faire pour le contenu sur le web, John Mueller a rappelé que le contenu des données structurées devait être unique pour chaque page.

  • Le crawl des pages 404 et 410

Il a également rappelé que le crawl des pages 404 et 410 n’est pas un signal négatif : Google peut être amené à visiter les pages 404 si ses capacités de crawl lui permettent et pour vérifier que celles-ci ne sont pas revenues en 200. Il est donc conseillé de ne pas empêcher le crawl de ces pages.

  • Quelques informations sur les liens

Il a également été dit qu’un lien, interne ou externe, placé en haut de page n’a pas plus d’impact qu’un lien placé plus bas. De même, un lien créditant un auteur est considéré et pris en compte par le moteur de recherche comme n’importe quel autre lien.

  • Pour les sites multilingues

John Mueller a également donné quelques informations concernant les sites disponibles en plusieurs langues. Afin que le moteur de recherche puisse crawler toutes les versions d’une page, il est préférable de ne pas faire de redirection automatique vers la version la plus adaptée à l’utilisateur mais de laisser le choix à celui-ci grâce par exemple à une bannière Javascript.

  • Search Console : ancienne et nouvelle versions

Enfin, suite au lancement de la nouvelle version de la Search Console, il a été annoncé que l’ancienne version serait disponible jusqu’à ce que tous les rapports soient disponibles dans la nouvelle version.

Source : Le Ptit Digital

PBN

Le travail des référenceurs comporte de nombreuses techniques : travail sur la structure du site, travail sur son contenu, netlinking… Certaines pratiques sont plus ou moins bien vues par Google et peuvent donc présenter des risques de sanctions. Le « PBN » est l’une des grandes tendances du moment.

PBN

PBN : quelle est leur utilité ?

L’abréviation PBN, pour « Private Blog Network », désigne un réseau de sites Internet créé dans le but de mettre en place artificiellement un grand nombre de liens vers un site principal. Cela permet alors de faire remonter le site dans les résultats de recherche. Utiliser un réseau de sites pour référencer un site permet au référenceur des créer un grand nombre de liens à sa guise et d’améliorer le positionnement de son site (ou de celui de son client) de façon très rapide. De plus, on utilise généralement pour cela des noms de domaines expirés : les sites du réseau bénéficient alors du l’ancienneté du nom de domaine et les backlinks ont donc plus de poids.

Cette technique est considérée comme du « spam » pour Google. Relevant du « Black hat SEO », la technique du PBN présente donc des risques si l’on décide de l’utiliser pour référencer ses sites.

Quel est le risque d’utiliser des PBN ?

Les sites et blogs qui constituent les PBN sont généralement des réseaux de sites « bourrés de liens », qui ne sont jamais consultés, présentant des contenus de faible qualité qui ont uniquement pour but de placer des liens sur des ancres particulières.

Étant donné que cette technique se démocratise de plus en plus auprès des référenceurs, il est possible que Google mette un jour en place une nouvelle mise à jour de son algorithme, qui sanctionne les sites utilisant cette technique.

Ceux-ci peuvent donc se voir perdre un nombre important de positions au mieux, ou disparaître complètement des moteurs de recherche dans le pire des cas.

Il est donc préférable d’utiliser des techniques plus propres : travail sur la structure du site, sur son contenu, utilisation de sites qualitatifs, rédaction de contenu unique… Votre site vous remerciera !

Sources : Abondance, Shadow Blog