Sit Kit by Google

Google a annoncé la disponibilité de son plugin Site Kit. Il permet d’afficher directement dans l’espace d’administration de WordPress les données d’audience, de performance du site et de revenus (Analytics, Search Console). L’extension est téléchargeable directement depuis le site officiel de WordPress.

Site Kit permet d’afficher les données de votre site directement dans l’admin WordPress

Avec ce plugin, de nombreuses informations sont disponibles au niveau du panneau d’administration de WordPress, telles que vos données :

  • Analytics : Outil puissant permettant l’analyse et la compréhension de ce que font les visiteurs sur votre site.
  • Search Console : permettant d’analyser comment les utilisateurs découvrent les contenus via Google Search
  • PageSpeed Insights : ou score de vitesse permet de mesurer le FCP : temps que met la page à s’afficher pour l’utilisateur et le FID : le temps de chargement complet de la page.
  • publicités Adsense : pour consulter les revenus générés par les publicités placées sur les pages.

Avantages pour les propriétaires de site

Ainsi nous vous proposons cette extension qui vous sera bénéfique car elle vous permettra d’accéder à une interface unique avec des données provenant des différentes sources évoquées précédemment. Plus besoin de consulter les sites externes. En d’autres termes, si vous avez un site web WordPress et souhaitez savoir comment les utilisateurs trouvent et utilisent votre site web, Site Kit est fait pour vous. Pour vous aider à maintenir et développer votre présence en ligne, Site Kit vous fournit des métriques faciles à comprendre et des informations exploitables directement sur votre tableau de bord WordPress.

Ce plugin vous intéresse ? Vous souhaitez suivre la performance de votre site internet ? Contactez notre équipe pour plus d’informations !

Source: Abondance, BDM

google maps

Google propose depuis peu quelques nouveautés sur son application Google Maps… Toujours dans l’objectif de faciliter le quotidien des internautes, l’application possède de plus en plus de fonctionnalités. C’est le cas notamment de la réalité augmentée, attendue depuis longtemps ! Iziweb Crea fait le point sur les nouveautés de Google Maps…

Une application de plus en plus complète

Il est maintenant possible de rassembler ses réservations de vols et d’hôtels au même endroit (dans « Vos adresses », puis « Réservations »). Google utilise en effet les réservations qui se trouvent dans Gmail pour les afficher dans Google Maps.

Une fois géolocalisé, l’application propose des restaurant aux alentours, susceptibles de plaire à l’internaute. En effet, se basant sur les anciens restaurants visités, Google affiche un pourcentage de « Match » avec les gouts de l’utilisateur. Une raison de plus pour être présent dans le moteur de recherche

Mais attardons-nous davantage sur la grande nouveauté de Google Maps : la réalité augmentée.

La réalité augmentée : comment ça fonctionne ?

Testée pendant plusieurs semaines, la fonctionnalité de réalité augmentée est disponible depuis ce mois-ci sur Android et iOS. La seule condition est de posséder un appareil supportant la technologie ARCore (Android) et ARKit (Apple).

La réalité augmentée sur Google Maps fonctionne pour les piétons avec Live View : la caméra du téléphone et le signal GPS permettent de donner à Google des indications qu’il va comparer avec Google Street View, pour pouvoir afficher les rues qui se trouvent devant nous. Pendant un itinéraire, l’application ajoute alors des indications par dessus, comme le nom des rues, des flèches, etc.

À noter que certaines situations permettent de donner des résultats plus rapides que d’autres. Dans une rue, par exemple, Google Maps se repèrera plus vite que sur une grande place.

Comment utiliser la réalité augmentée dans Google Maps ?

Il est nécessaire pour cela de mettre à jour la dernière version de Google Maps. Ensuite, la navigation piétonne en réalité augmentée peut être activée lors d’un itinéraire. Une fois cette fonctionnalité lancée, il suffit de suivre les indications. Afin que les utilisateurs ne regardent l’écran qu’en cas de besoin, la fonctionnalité se met en veille si l’appareil photo est resté en mode réalité augmentée trop longtemps.

Source : BDM, FanDroid.

offre d'emploi

Google diversifie une fois de plus ses activités et se lance sur le marché de l’emploi : s’il était déjà possible de trouver des offres dans ses résultats de recherche, Google vient de mettre en place (en France) leur indexation dans une zone dédiée sur la première page de résultats. En quoi consiste cette nouveauté ?

Le fonctionnement du point de vue de l’internaute

La requête effectuée par l’internaute doit comprendre le mot-clé « emploi » suivi d’un intitulé et d’un lieu.

L’internaute se verra alors proposer dans un encadré bleu 3 offres d’emploi correspondant à sa requête. Il pourra également afficher l’ensemble des offres, puis les trier avec plusieurs filtres tels que la récence de publication de l’offre, l’employeur, le secteur d’activité, le lieu de travail, le type de contrat etc.

Voici comment se présente la fonctionnalité pour l’utilisateur :

En cliquant sur l’une des offres d’emploi, l’internaute sera alors redirigé vers le site qui propose l’emploi (LinkedIn, Cadremploi, Monster, MeteoJob etc.) Afin qu’une même offre provenant de plateformes différentes n’apparaisse pas plusieurs fois dans les résultats de recherche, Google a empêché la publication d’offres dupliquées.

De plus, pour tous les utilisateurs ayant un compte Google, il est possible d’enregistrer les annonces afin d’y répondre plus tard. Il y a également de fortes chances que soit mis en place le paramétrage d’alertes dès qu’une publication pertinente est publiée. Cette fonctionnalité est pour l’instant limitée à la version américaine.

Pour le recruteur :

Pour qu’une offre d’emploi apparaisse dans les résultats, le meilleur moyen pour l’entreprise qui la publie est de passer par un Applicant Tracking System (les plateformes de recrutement en ligne).

Google rappelle également qu’il ne souhaite pas remplacer les agences de recherche d’emploi, mais simplement servir d’intermédiaire pour faciliter la mise en relation, c’est la raison pour laquelle il y a redirection vers le site partenaire. Reste à voir si à l’avenir, Google décide de mettre en place des annonces payantes pour placer son offre d’emploi dans les premiers résultats, à la manière de Google Ads.

Regardez aussi nos autres articles sur les dernières actions menées par Google.

publicité google image

S’il est possible d’acheter des produits sur certains réseaux sociaux, comme c’est le cas par exemple sur Pinterest ou Instagram, Google a annoncé dernièrement une prochaine nouvelle fonctionnalité permettant de faire de même dans son onglet « Google Images »…

Quelques informations sur « Shoppable Ads »

La nouvelle fonctionnalité déployée par Google s’appellera « Shoppable Ads« . Alors comment cela fonctionne-t-il ? Actuellement, Pinterest et Instagram utilisent déjà cette fonctionnalité : certains articles sont tagués dans les images, et il est possible, en cliquant, d’avoir des informations comme le nom du produit, le prix, d’accéder à une fiche produit détaillée, avec la possibilité ensuite de visiter le site.

De la même façon, Google proposerait cette possibilité sur Google Images, ce qui constituerai un mix entre la fonctionnalité « Images » et « Shopping ». Cela est donc une toute nouvelle opportunité pour les marques. Si apparaître aux internautes pendant leur recherche et être positionné dans Google Images était déjà un moyen supplémentaire pour se faire connaître et pour capter l’attention des prospects, la possibilité de faire de la publicité sur Google Images apporte d’autres avantages…

Publicité dans Google Images : pourquoi est-ce intéressant ?

En utilisant les codes des réseaux sociaux et en mettant en avant les produits que l’on propose, on peut donc davantage capter l’intérêt des internautes. De plus, cette fonctionnalité permettra de donner immédiatement des informations sur le produit (notamment son prix), et un lien vers la fiche produit. Le canal de conversion est donc considérablement raccourci. De plus, cette fonctionnalité incitative rend le processus simple et rapide pour l’internaute.

Actuellement en processus de test auprès de plusieurs retailers, la fonctionnalité « Shoppable Ads » devrait être disponible dans les mois à venir.

La publicité sur les réseaux sociaux ou sur Google vous intéresse ? N’hésitez pas à contacter notre équipe pour plus d’informations. Nous gérons votre publicité et vos campagnes Google.

Source : BDM

recherches associées

Il est bien connu que l’objectif premier du moteur de recherche Google est d’amener l’internaute à trouver le plus rapidement possible l’information qu’il recherche. Il propose pour cela de nombreuses fonctionnalités et parmi celles-ci, les recherches associées.

Les recherches associées : qu’est-ce que c’est ?

Il faut tout d’abord différencier les recherches associées des suggestions de recherche, qui apparaissent dans la barre de recherche lorsque l’on a commencé à écrire une requête. Les recherches associées sont des liens qui apparaissent en bas d’une page de recherche, sous forme d’une ou deux colonnes.

Quel est leur objectif ?

Les recherches associées ont, selon Vincent Courson, pour objectif d’affiner la recherche de l’internaute s’il n’a pas trouvé l’information qu’il recherche et lui évite ainsi de visiter la 2e page des résultats. Cette fonctionnalité donne encore plus de poids à l’importance d’être présent sur la première page des résultats de recherche puisque Google incite les internautes à reformuler leur requête s’ils n’ont pas trouvé satisfaction sur la première page des résultats.

Comment sont-elles générées ?

Afin de pouvoir proposer ces liens complémentaires, le moteur de recherche Google se base sur plusieurs éléments. Dans un premier temps, il analyse les requêtes « populaires », souvent recherchées, en lien avec la requête initiale de l’internaute. Ensuite, il intègre, si l’internaute est connecté avec son compte Google, des éléments de personnalisation. Il va également prendre en compte l’emplacement géographique de l’internaute. Enfin, afin de créer des requêtes plus précises de type « longue traine« , le moteur va ajouter des mots-clés à la requête initialement tapée. Par exemple, en recherchant « restaurant Lyon », on obtient la liste suivante de recherches associées :

recherche

Vous souhaitez optimiser votre site Internet et apparaître sur la première page des résultats de recherche ? Visitez notre page dédiée au référencement ou contactez-nous via notre formulaire de contact.

Source : Le Ptit Digital
google_egg

Fonctionnalités et blagues cachées, les easter eggs de Google n’apportent pas de réel intérêt mais permettent d’apporter une touche récréative au moteur de recherche. Retour sur les meilleurs easter eggs de Google en 2018 !

Que sont réellement les Easter Eggs de Google ?

Il s’agit de fonctionnalités et de jeux cachés que l’on peut trouver dans l’ensemble des outils de Google… Elles ne sont aucunement dangereuses et ne réduisent en aucun cas les performances de l’appareil utilisé. Leur seul but et de faire profiter l’utilisateur d’une expérience inédite et amusante.

Retour sur les meilleurs Easter Eggs de cette année 2018

Si l’on connait depuis longtemps le jeu du dinosaure en cas de non connexion (où il s’agit de faire avancer le petit T-rex entre les cactus et les corbeaux), il existe également le jeu Pony Express, où l’objectif est alors de récupérer un maximum de lettres sans se faire prendre par les cactus. De même, en requêtant « Atari Breakout », il est possible de jouer au casse-brique d’Atari directement dans Google Images…

Cet autre Easter Egg rendant hommage à Oskar Fischinger, permet de de faire de la musique en parcourant la page web avec sa souris.

Pour les amateurs de défis, il est possible de défier Google au morpion, en requêtant « tic tac toe » dans la barre de recherche. Cette fonctionnalité permet aussi de jouer contre un ami.

La requête « do a barrel roll« , qui signifie « effectuer un tonneau » en français, fera tourner les résultats de cette requête à 360° avant de les afficher. Dans le même style, requêter « askew » (« de travers » en français), fera légèrement pencher les résultats de recherche vers la droite. Enfin, la requête « zerg rush« , terme inspiré de Starcraft, ajoutera des petits ronds qui tomberont le long de la page de recherche et feront disparaître les résultats au fur et à mesure… Il est possible de sauver les résultats de recherche en cliquant à plusieurs reprises sur les lettres en question.

Source : LePtitDigital

A l’occasion des 20 ans de Google, nous vous donnions quelques informations sur les possibilités d’évolution du moteur de recherche. Certaines fonctionnalités étaient en pourparler, dont Google Discover, qui est actif aux États-Unis depuis peu de temps. Nous vous en disons davantage sur le sujet…

Google Discover : comment cela fonctionne-t-il ?

Annoncé en Septembre, Google Discover aurait pour but de présenter sur la page d’accueil Google, depuis toujours vierge de contenu, du contenu « suggéré » (images, articles, vidéos et actualités), personnalisé en fonction des centres d’intérêts, dernières recherches et derniers articles lus des internautes. Cette fonctionnalité est accessible aux États-Unis depuis fin Octobre. Il est également possible d’y accéder en réglant le pays du moteur de recherche sur « États-Unis » et la langue sur « Anglais ».

Cette version propose, sous la barre de recherche, plusieurs « cartes » pointant vers différents articles. Il est également possible d’effectuer des réglages pour obtenir un journal personnalisé en fonction des sujets qui nous intéressent.

SEO : comment s’adapter à cette « révolution » ?

Nous connaissions la position zéro, qui consiste, pour le moteur de recherche, à intégrer des éléments de contenu avant même le premier résultat de recherche. Si cette position zéro est très intéressante en termes de SEO, il va devenir encore plus avantageux d’apparaître dans Google Discover, dans la mesure où cette page s’affiche avant même la saisie d’une requête.

Il est fort probable que cette fonctionnalité soit très vite déployée en France et que les critères a optimiser pour apparaître dans Google Discover soient bientôt disponibles… Il s’agira alors d’un nouveau canal pour optimiser sa visibilité sur le web et pour générer du trafic naturel

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez optimiser votre visibilité sur Google ? Consultez notre page dédiée au sujet ou contactez-nous pour plus d’informations sur le référencement naturel.

Source : Abondance

evolution google

En 2018, Google fête ses 20 ans. Pour l’occasion, l’entreprise a annoncé plusieurs modifications qui vont influencer le moteur de recherche dans les années à venir, et donc, le travail à effectuer dans toute stratégie de référencement naturel.

La carte d’activité

La première initiative de Google est de prendre en compte, comme c’est déjà le cas pour certaines recherches, les recherches déjà effectuées pour influencer les résultats proposés aux internautes. Google proposerait alors des « cartes d’activité », rappelant ainsi les liens et résultats déjà obtenus. Le contenu à garder pourra alors être ajouté à des « collections », sur le même principe que des favoris. Le moteur de recherche pourra alors proposer des résultats supplémentaires pouvant intéresser l’internaute sur la base de ces collections.

Des onglets différents en fonction du type de requête

Google développera également une « organisation dynamique » de ses résultats, en utilisant les « featured snippets », pour fournir à l’internaute des résultats à travers des onglets différents en fonction de la requête. Par exemple, pour une requête « carlin », le moteur proposera un onglet « vidéos », un onglet « noms des carlins les plus connus », un onglet « acheter »…

De même, le Knowledge Graph de Google devrait inclure une nouvelle fonctionnalité « Topic Layer », ayant pour but d’approfondir des thématiques particulières.

Une évolution de Google Actualités et Google Images

Google Actualités devrait devenir « Discover » et proposer du contenu sans avoir besoin de formuler de requête. Il s’agirai d’actualités suggérées en fonction des dernières requêtes et centres d’intérêts de l’internaute. Cette fonctionnalité devrait être disponible uniquement sur mobile, aux Etats-Unis dans un premier temps.

Enfin, Google Image devrait devenir « Google Lens » et permettre d’effectuer des recherches grâce à l’appareil photo de son téléphone…

Source : Abondance.

données médias

Lorsque l’on recherche une information de type « 1 euro en dollar » ou « capitale de l’Egypte », Google fournit ces informations dans un cadre situé au dessus de tous les résultats naturels. C’est ce que l’on appelle la position zéro en référencement. Google souhaite continuer sur cette lancée et s’associe avec des organisations de presse pour davantage de données dans ses résultats…

Rappels sur la position zéro

La position zéro apparait au dessus des 10 premiers résultats naturels, dans un encadré plus lisible, où l’internaute peut trouver la réponse à ce qu’il cherche immédiatement. Afin de permettre cet affichage, Google utilise :

  • Les featured snippets des sites de la toile : titre, extrait, liste à puce ou tableau du site source. Ils peuvent intégrer également des vidéos.
  • Le knowledge graph : base de connaissance construite par Google, auquel cas aucune source n’est citée.
  • Les quick answers : cela est utilisé pour les calculs, les conversions, les résultats sportifs, les faits, la météo, les définitions…

Les nouveautés à venir

Google souhaite continuer sur cette lancée et s’associe avec des organes de presse afin de proposer davantage de données de ce type. Le moteur de recherche collabore actuellement avec plusieurs médias, dont ProPublica. Ces organisations produisent des données structurées dont le format est compatible avec le moteur de recherche et apparaissent donc tout en haut des résultats naturels. Si un internaute cherche le chiffre d’affaires d’une entreprise, par exemple, cela apparaitra alors dans un encart au dessus des résultats.

données médias

Cette nouveauté permettra certainement aux différents sites d’améliorer leur visibilité. Cependant, la réponse fournie par la position zéro suffit généralement à l’internaute, ce qui peut réduire considérablement le trafic sur les sites situés en dessous, et même sur le site concerné par la position zéro.

Source : Blog Du Moderateur

speed update

Si la vitesse de chargement des pages a toujours été considérée comme un critère important dans le référencement naturel, cela est devenu officiel récemment. Il a en effet été annoncé par Google qu’une mise à jour de l’algorithme aurait lieu en Juillet : la Google Speed Update.

Quelques précisions sur cette mise à jour

Il a été annoncé sur Twitter par Vincent Courson et John Mueller que la Google Speed Update serait mise en place en Juillet, pénalisant les sites les plus lents et les faisant reculer dans les résultats de recherche. Il faut cependant préciser que cette mise à jour n’aura un impact négatif que sur les sites très lents. C’est donc une faible partie des requêtes qui est concernée. À l’inverse, elle n’entrainera aucun impact positif sur les sites très rapides.

John Mueller a cependant précisé qu’un site lent effectuant les modifications nécessaires pour améliorer la vitesse de chargement de ses pages pourrait voir des résultats significatifs rapidement sur son positionnement.

Il faut également savoir que cette mise à jour ne concerne que les résultats mobiles. Dans la mesure où ceux-ci représentent tout de même 37% des requêtes (Étude SEMrush 2017), il est donc tout à fait important d’optimiser son site concernant la vitesse de chargement.

Enfin, précisons que si le temps de chargement est un critère pris en compte par l’algorithme de Google, celui-ci continue de prendre en compte la qualité de contenu des pages, et peut donc faire passer une page plus lente avant dans les résultats de recherche si celle-ci propose du contenu plus qualitatif qu’une page très rapide.

Comment définir la vitesse de chargement de son site ?

Il existe plusieurs outils pour analyser la vitesse de chargement, comme par exemple Lighthouse et PageSpeed Insights. Ces outils permettent de donner des signaux « vert », « jaune » ou « orange », et d’avoir ainsi de la visibilité sur les éléments à améliorer pour ne pas pénaliser son positionnement à cause de cette mise à jour.

Sources : Abondance, LePtiDigital, Blog du Modérateur